Les Actualités

Filtrer par
1

Projet Karnak : Achèvement de la mise en ligne de la Chapelle-reposoir de Philippe Arrhidée / The Bark-shrine of Philip Arrhidaeus is now fully available online

Débuté en 2014, la mise en ligne des scènes et inscriptions de la chapelle-reposoir de Philippe Arrhidée est aujourd’hui achevée. L’ensemble des inscriptions hiéroglyphiques de ce monument avec translittération et bibliographie de référence, la documentation photographique ancienne ainsi qu’une nouvelle couverture photographique haute définition complète sont disponibles dans le projet Karnak.

Publication : Bernard Mathieu, Les textes de la pyramide de Pépy Ier, MIFAO 142, 2018

Les parois inscrites des appartements funéraires de la pyramide de Pépy Ier, troisième pharaon de la VIe dynastie (c. 2330-2280), livrent le plus vaste ensemble de Textes des Pyramides actuellement connu. Fondée sur la publication de ces textes en fac-similés (MIFAO 118/1-2), dont une 2e édition est parue en 2010, la présente traduction intègre les compléments fournis notamment par la pyramide de Mérenrê et celle de la reine Ânkhesenpépy II, découverte en 2000 par la Mission archéologique franco-suisse de Saqqâra (MafS). La traduction de près de 800 formules, dont 81 formules « nouvelles » (TP 1001-1081), est précédée d’une présentation générale de l’ensemble du corpus.

Publication : Guillaume Charloux, Christophe Thiers, Le temple de Ptah à Karnak III. La Favissa, Travaux du Centre Franco-Égyptien d’Étude des Temples de Karnak, BiGen 55, 2019

En décembre 2014, les fouilles entreprises à proximité du temple de Ptah à Karnak ont mis au jour une favissa, à savoir une fosse comblée d’objets, creusée à quelques mètres à l’arrière du sanctuaire de la divinité. La fosse contenait trente-huit objets mobiliers, statues, statuettes et éléments d’appliques statuaires, en calcaire, grauwacke, alliage cuivreux et fritte égyptienne, parfois recouverts d’or. La visualisation et l’analyse du comblement de la favissa ont été rendues possibles grâce à l’apport des méthodes modernes de relevés photogrammétriques et de modélisation 3D. Creusée à la fin de l’époque ptolémaïque, la fosse a servi à abriter une statue « déclassée » du dieu Ptah datant du Nouvel Empire, entourée d’éléments mobiliers et de nombreux bronzes osiriens, la plupart des objets remontant à la Troisième Période intermédiaire et à la Basse Époque (XXVe et XXVIe dynasties notamment). L’analyse et l’interprétation du comblement conduisent, dans cet ouvrage, à s’intéresser aux caches sacrées égyptiennes dans leur ensemble et à envisager le présent dépôt comme le témoignage de l’inhumation d’une statue du dieu Ptah dans le cadre de rituels osiriens.
1