projet Konosso

Membres du projet : Dr. Annie Gasse, Dr. Vincent Rondot, Prof. Dr. Jürgen Osing, Dr. Maha Yehia, Cristian Craciun.

Le projet prévoit une étude épigraphique des inscriptions et graffiti du rocher de Konosso, situé dans le lac de Philae. Cet important amas rocheux avait déjà été signalé, entre autres, par D. Vivant-Denon :

Gravure. D. V. Denon, Voyage dans la Basse et la Haute Egypte pendant les Campagnes du General Bonaparte (Planches du Voyage dans la Basse et la Haute Egypte), Vol. II, 1802, pl.72.

Jusqu’à présent, il n’existe aucune étude épigraphique du site. On peut toutefois s’appuyer sur les travaux de J. de Morgan (Catalogue des monuments et inscriptions de l’Égypte antique, Vienne, 1894) et W.M.F. Petrie (A Season in Egypt 1887, Londres, 1888) pour repérer la plupart des textes aujourd’hui inaccessibles.

Photo de W.M.F. Petrie, 1887.

Le niveau de l’eau étant beaucoup plus haut de nos jours, il faudra plonger dans le petit réservoir afin de photographier sous l’eau tout ce qui sera visible. Une équipe de spécialistes de cette technique de relevés est engagée dans le projet.

Photos. © Cr. Craciun.
Photos. © Cr. Craciun.

Le projet prévoit également une investigation subaquatique entre la rive est et le sud-ouest de l’île de Séhel (Bibi Togog), au sud d’Éléphantine, afin de vérifier l’existence du chenal pharaonique signalé par des inscriptions datant des règnes de Sésostris Ier, Sésostris III et Thoutmosis III). Cette enquête devrait compléter les recherches effectuées par A. Gasse et V. Rondot pour leur édition des textes inscrits sur l’île de Séhel (A. Gasse, V. Rondot: Les inscriptions de Séhel, MIFAO 126, 2007) .

Voir aussi dans «La Recherche»

Atfih, la nécropole des vaches sacrées (Mission 2008) – Mission Égypto-Française d’Atfih À environ 80 km au sud du Caire, sur la rive orientale du Nil, Atfih – nom moderne de la ville – occupe l’emplacement de l’ancienne Tepihou, appelée Aphroditopolis à partir de l’époque hellénistique. La divinité principale de la métropole de la 22e et dernière province de Haute-Égypte était une Hathor. L’important rôle de mère nourricière de la déesse dans cette localité favorisa certainement son association à Isis et à Hésat. Ces divinités pouvaient se manifester par l’intermédiaire d’une vache [fig. 1] qui avait droit à un entretien particulier et à un culte à Atfih. Ermant La tombe du prêtre Padiaménopé (TT33), Thèbes, TT 33, fin XXVe – début XXVIe dyn. La tombe du prêtre lecteur et chef Padiaménopé (Pétaménophis) rassemble une collection de corpus funéraires égyptiens et l’intègre dans une architecture exceptionnelle comprenant 22 salles réparties sur 4 niveaux. Ces textes, souvent remaniés par rapport aux versions du Nouvel Empire, sont largement inédits. Le programme VÉgA (Vocabulaire de l’Égyptien Ancien) Les ostraca littéraires de Deir al-Medina Étude et publication MAHES : Momies animales et humaines égyptiennes : perception de la mort en Égypte ancienne à travers l’étude des animaux sacrés Les nécropoles de l’ancienne Égypte ont livré des momies animales par millions, témoignant ainsi de la ferveur des Égyptiens à l’égard de ces animaux sacrés et révélant la place majeure que ces derniers occupaient au sein de la religion. Or, paradoxalement, les croyances et les pratiques liées à ce culte sont mal connues. Ortempsol – Orientation des temples à divinités solaires en Égypte En Égypte l’espace politique et l’espace religieux se superposent. Ils se matérialisent sur le territoire par le temple, médium entre le terrestre et le divin. De par ce rôle, l’orientation du sanctuaire (premier rite de la liturgie de fondation) revêt une charge symbolique importante. Projet Hammamat Plan de publication Série « Varia Hammamatica » Projet Karnak Temple d’Amon-Rê à Karnak En partenariat avec le Centre Franco-Égyptien d’Étude des temples de Karnak (USR 3172 du CNRS, CFEETK), plusieurs projets sont en cours dans le grand temple d’Amon-Rê à Karnak.