Accueil > L'enseignement

 
 
 

Laissons donc ceux qui verront l’ampleur de l’œuvre accomplie admirer sans réserve le travail des grands savants, des maîtres infatigables qui ont créé l’égyptologie et l’ont menée à son point actuel ; mais rassurons aussi ceux qui se demandent « s’il reste quelque chose à trouver » : l’égyptologie vient de naître, elle a des siècles devant elle.

 

 
Serge SAUNERON (Dictionnaire de la civilisation égyptienne)
 
 
 

Devenir égyptologue : en quelques mots …

 
Pour qui se destine à ce métier, il est encore utile de citer ce que recommandait à la fin des années 60, l’un des grands maîtres de la discipline, Serge Sauneron, dans une présentation d’une parfaite justesse, empreinte de la sincérité de l’homme de vocation :
 
Comment devenir égyptologue en France ? Une condition de base est primordiale : il faut d’abord désirer devenir égyptologue, sérieusement, intensément ; (…) ; il faut sentir en soi une certaine flamme, savoir que les études préparatoires seront nécessairement longues et difficiles, ne pas ignorer quelle forme de vie réserve l’archéologie, et d’avance l’aimer. Cela étant, il est souhaitable d’acquérir une formation secondaire et supérieure solide ; pour être mieux à même, par la suite, d’apprécier ce que l’Égypte apporte de caractéristique à l’histoire de la civilisation ; mais aussi pouvoir acquérir, dans les sciences éprouvées, un certain nombre de techniques dont l’usage peut se révéler précieux, une fois transposé dans la recherche égyptologique (philologie, connaissance indispensable de l’anglais et de l’allemand, histoire, critique). (…)
Pendant ces années d’entraînement, les étudiants devront apprendre la langue et l’écriture égyptiennes (…) ; ils acquerront de solides connaissances d’histoire, d’archéologie théorique et d’histoire de l’art, de religion égyptienne ; surtout, ce qui est beaucoup plus important que les connaissances de mémoire, qui pourront toujours se développer par la suite, ils devront apprendre la technique du métier, bibliographie, connaissance des travaux en cours, de ceux qui ont été publiés, de ce qui reste à faire. (Serge Sauneron, L’égyptologie, Que sais-je ?, 1968)
 
 
Le cursus universitaire classique nécessite de poursuivre ses études au moins jusqu’à l’obtention du Master (par exemple pour les postes d’ingénieurs au CNRS ou dans les universités) ; jusqu’au Doctorat pour pouvoir devenir membre scientifique à l’Institut français d’archéologie orientale (Ifao) et postuler in fine sur des postes de chercheurs (CNRS) ou d’enseignants-chercheurs (universités).
 

 

 

Le cursus d’égyptologie à l’Université Paul-Valéry MONTPELLIER 3

 
La formation en égyptologie de l’Université Paul-Valéry Montpellier 3 est intégrée au cursus de la Licence d’Histoire de l’art et d’Archéologie (UFR 3).
 
Des enseignements relatifs à l’Égypte pharaonique sont dispensés dès la Licence 1 dans le tronc commun.
C’est à partir de la Licence 2, dans le parcours « Archéologie », qu’une option de pré-professionnalisation est proposée à l’étudiant qui souhaite s’orienter vers l’égyptologie (« Langue et épigraphie de l’Égypte ancienne »). Celle-ci vient en complément de cours sur l’histoire, l’histoire de l’art et l’archéologie de l’Égypte antique qui font partie du tronc commun du diplôme. La spécialisation se poursuit en Licence 3 suivant la même organisation. L’étudiant ayant suivi ce cursus complet aura reçu un enseignement qui couvre toute la période antique de l’Égypte, des origines jusqu’à l’époque romaine.
 
L’équipe enseignante de l’université de Montpellier (qui fait partie de l'UMR5140 « Archéologie des sociétés méditerranéennes » du CNRS) forme principalement des égyptologues spécialisés dans l’étude des textes. Elle compte aussi parmi ses récents diplômés (Master et Doctorat) des égyptologues archéologues, céramologues et archéozoologues, grâce à une collaboration étroite avec les équipes de recherche du Cnrs (UMR 5140-Lattes) et le Centre franco-égyptien d’étude des temples de Karnak (CFEETK).
 
L’université de Montpellier est le seul établissement du sud de la France qui propose un cursus complet d’égyptologie.
 
=> Pour toutes les informations relatives aux procédures d'inscriptions, voir le site internet du département d'Histoire de l'art et d'Archéologie :
 
 
 
La Licence d'Histoire de l'art et d'Archéologie : généralités
 
Les trois années de Licence (L1, L2, L3) sont principalement destinées à donner à l’étudiant un large socle de connaissances  et de compétences à travers des enseignements généralistes (théoriques et pratiques), tout en lui faisant découvrir progressivement la méthodologie, les objets, les problématiques élémentaires, les outils et les savoir-faire spécifiques de l’Histoire de l’art et de l’Archéologie.
En fin de cursus, l’étudiant diplômé saura analyser des objets d’art et des objets archéologiques à l’aide d’un vocabulaire spécifique pour les replacer dans le contexte culturel et historique de leur production, de leur utilisation et de leur réception. Il maîtrisera aussi les exercices fondamentaux du travail universitaire (notes de synthèse, commentaires de documents, dissertations, présentation de travaux de recherche à l’oral, recherche documentaire).
 
Rappel : le cursus universitaire est fondé sur un principe de spécialisation progressive. Globalement, la Licence est organisée de la manière suivante :  
 
 
 
 
 
Important : bien que les années de Licence permettent une spécialisation progressive qui mènera les étudiants jusqu’au Master, celles-ci doivent aussi être mises à profit pour acquérir et développer une vaste culture générale dans tous les domaines des Sciences Humaines et Sociales.
 
 
De manière globale, un étudiant en Histoire de l’art et Archéologie se doit :

 

► d’avoir une curiosité intellectuelle, aimer la lecture, l’histoire, les voyages et les visites de musées et d’expositions.

 

d’avoir un bon niveau de culture générale (notamment au niveau historique [repères chronologiques, grandes dates] et artistique [les grands courants, etc.]).

 

d’avoir un très bon niveau de français (écrit et oral). Il devra d’ailleurs faire l’effort d’acquérir rapidement le vocabulaire spécialisé de la discipline (nécessaire notamment pour le commentaire de documents  et autres exposés).

 

d’avoir un bon niveau d’anglais.

 
 
Il est fortement conseillé aux étudiants en égyptologie de se former à la langue allemande s’ils n’en ont jamais fait auparavant. Sa maîtrise (au moins au niveau de la lecture) est indispensable, plus d’un tiers des publications égyptologiques étant en allemand.
 
 
 
Le Master : généralités
 
Durant les deux années de Master, l’étudiant reçoit une formation active et pratique à la recherche. Ceci se fait à travers plusieurs séminaires hebdomadaires où les enseignants-chercheurs font participer les étudiants à leurs propres travaux.
Ces séminaires peuvent porter sur tous les domaines qui composent l’égyptologie. L’équipe de Montpellier privilégie toutefois le domaine de l’épigraphie (étude des textes et des inscriptions).
En plus de ces enseignements, pendant le second semestre du Master 1 et du Master 2, l’étudiant doit rédiger un mémoire de recherche sur une thématique personnelle choisie avec les membres de l’équipe. La soutenance à lieu en fin d’année universitaire.
Une présence continue au laboratoire lui permettra d’appréhender très concrètement le métier d’égyptologue au sein d’une équipe de recherche.

À la fin du Master, l’étudiant doit avoir acquis une autonomie et une réflexion critique face aux sources documentaires, et démontré des capacités d’analyse et de synthèse.

Les travaux de Master peuvent donner lieu à des missions à l’étranger, dans d’autres équipes de recherche ou sur des chantiers archéologiques en Égypte et au Soudan.
 
 
=> Pour une présentation détaillée du cursus et les programmes des cours d’égyptologie à l’université Paul-Valéry, cliquez sur les onglets Licence, Master et Doctorat dans la colonne de gauche (rubrique déroulante « L’enseignement »).
 
 
 
 

Gros plan sur les cours de langue égyptienne à l’université Paul-Valéry

 
L’apprentissage de l’égyptien ancien est la formation professionnalisante par excellence au métier d’égyptologue. C’est pour cela qu’il constitue une véritable priorité des études d’égyptologie à l’université de Montpellier. Tous les enseignants-chercheurs de l’équipe sont d’ailleurs spécialisés dans l’étude des textes.
 
Le cursus complet (Licence puis Master) comprend l’apprentissage méthodique et progressif de tous les états de la langue, de même que l’ensemble des systèmes d’écriture. L’apprentissage est à la fois théorique et pratique, les étudiants traduisant dès le premier niveau des textes de différentes natures (littéraire, historique, documentaire).
 
En Licence, les étudiants apprennent : le Moyen égyptien, le néo-égyptien et sont initiés à l’écriture hiératique.
 
En Master, ils traduisent et analysent des textes de toutes natures et de toutes les époques dans le cadre de séminaires de recherche spécialisés. C’est durant ces deux années qu’ils sont initiés à l’écriture ptolémaïque. Par ailleurs, les chercheurs rattachés à l’UMR5140 interviennent ponctuellement pour des approfondissements et des formations, notamment pour les états récents de la langue (démotique et copte).
 
=> Les enseignements de langue sont couplés avec des cours pratiques d’épigraphie (étude des textes inscrits sur matériau durable) où sont notamment abordés les méthodes de la traduction, les techniques du métier et les outils à la disposition de l’égyptologue épigraphiste.
 
 
Tableau synoptique des états de la langue égyptienne et de ses écritures
 
 

 

 

Pourquoi venir étudier l'égyptologie à Montpellier ?

 

Le seul établissement universitaire du sud de la France proposant un cursus complet d'égyptologie.

 

Un apprentissage de tous les états de la langue et de l'ensemble des sytèmes d'écriture de l'Égypte ancienne.

 

Des études au contact d'une équipe d'enseignants-chercheurs et de chercheurs aux champs d'étude très variés.

 

Une large ouverture vers d'autres spécialités de l'égyptologie (archéologie de terrain, céramologie, archéozoologie, etc.).

 
 

Téléchargez la brochure de présentation du cursus d’égyptologie de l’Université Paul-Valéry Montpellier 3 : 

 

 

 

 

 


Dernière modification : 06-03-2017

L'enseignement





© 2014 – Égypte Nilotique et Méditerranéenne
jerome.gonzalez@univ-montp3.fr
Université Paul Valéry, Montpellier, Bât. E, route de Mende – 34199
Montpellier Cedex 5





1145139 visites - 100 visite(s) aujourd'hui - 7 connecte(s)